« Ce n’est pas une Creepypasta, ça m’est réellement arrivé ! »

Le terme Creepypasta apparait en 2007. Il est issu de la déformation de Copy Paste (« Copier Coller » en anglais), l’ajout de Creepy (« Effrayant » faisant référence à la nature horrifique de ces histoires. 
L’essor de ce genre se produira courant 2010. (cf Creepypastafromthecrypt)
Il s’agit de petites histoires d’épouvantes, de légendes urbaines diffusées par le biais d’Internet. Leurs publications originelles se produisent traditionnellement sur des image boards (comme 4chan), des forums, mais on peut désormais les retrouver sur des blogs consacrés au sujet.

Bien souvent, on en sait peu sur leurs auteurs car ces histoires, à l’instar des légendes urbaines classiques, sont présentées comme s’ancrant dans la réalité. Les auteurs effectifs de ces œuvres sont gommés: leurs noms ou pseudos sont rarement mis en valeur, ils font place au personnage de l’histoire, en employant bien souvent la première personne du singulier dans la narration, ce qui renforce l’impression que les faits rapportés sont réels. Ce procédé littéraire rappelle les films de found footages horrifiques, ces films commençant souvent par des messages tels que « Les vidéos suivantes ont été retrouvées à tel endroit, où se serait déroulée telle tragédie. Les protagonistes n’ont jamais été retrouvés. » Dans ces films, toute trace de « style » du réalisateur disparaît : la caméra est disposée directement sur l’épaule du cameraman, qui est intégré dans la fiction comme l’un des protagonistes, l’image est tremblante de façon a renforcer le réalisme de celle-ci et de créer chez le spectateur une empathie forte pour les protagonistes : comme un effet de « Ça pourrait être moi ». 
En Creepypasta, le style d’écriture est bien souvent épuré, brut. Il s’agit de décrire des événements, d’énoncer des faits ayant lieu au moment de la fiction ou ayant eu lieu dans le passé.

Elles peuvent prendre la forme de journaux intimes, rédigés par des victimes de mauvais esprits ou monstres voulant témoigner, laisser une trace de leur expérience surnaturelle. Ils peuvent également se présenter comme des articles  traitant d’un événement paranormal ayant eu lieu à un moment donné. 
Elles peuvent documenter leurs propos par l’emploi de sources photographiques, vidéos, ou audios, qui dévoilent le visage du monstre hantant les nuits du protagoniste ou proposent un échantillon des sons atroces sous le lit de celui-ci.

Les Creepypastas rappellent également la tradition littéraire de 
 roman-mémoires, et rappelle par leur usage de médiums divers les canulars littéraires et radiophoniques,  comme la Guerre des Mondes d’Orson Welles, canular radiophonique qui narrait l’attaque extra terrestre (fictive!) des Etats unis en direct sur CBS. Mais les Creepypastas ne peuvent être pensées en dehors de leur mode de diffusion: elles trouvent leur origine sur Internet, et c’est de fait la liberté de ce médium (permettant d’inclure des documents audios, vidéos), qui leur donne leurs formes si particulières, qui explique leur viralité et la naissance d’un certain nombre de clichés.

En effet, ce genre de la Creepypasta, très fécond (la base de donnée que j’ai réalisée pour cet article, basée sur les données du Wiki Creepypasta du Site Wikia 1  réunit 9109 creepypastas)2, comporte ses codes,ses classiques, qu’il est intéressant d’analyser. En effet, ces informations nous renseignent sur ce qui effraie les lecteurs de ce genre : l’écriture de la Creepypasta étant ouverte à tous les internautes, on peut distinguer certaines modes, voir même ce qui est considéré par la communauté amatrice comme un cliché 3

Ma démarche fut de Web-scraper4, à partir de la liste de « Genre » recensés par le Wiki, un certain nombre de catégories et de sous-catégories de la Creepypasta. Une Creepypasta peut rentrer dans plusieurs catégories « Have you seen this man ? », par exemple, est reporté dans les catégories : Animals , Beings , Diary/Journal , Dreams/Sleep , Reality , Mental Illness. 

Lorsque ma base de donnée fut ordonnée et nettoyée (J’ai employé ici Open Refine), j’ai pu utiliser le logiciel Gephi pour créer un module de visualisation interactif de ces données. Vous pouvez accéder à ce module en cliquant sur ce lien : Module Gephi .


Cliquer sur une catégorie (en vert) fait apparaitre les creepypastas qui y sont affiliées. Cliquer sur une histoire (en rouge) fait apparaitre les catégories auxquelles elle est affilée.

De cette façon, j’ai pu observer les principaux nœuds, les catégories qui se démarquent par leur nombre.5

Ainsi, le comptage des occurrences révèle ces chiffres, représentant le nombre d’histoires s’inscrivant dans chaque catégories:

  • mental_illness (creepypastas traitant de santé mentale) : 2353
  •  beings (creepypastas de créatures en tout genre) :  1736
  •  places (creepypastas sur des lieux): 1372
  •  dismemberment (creepypastas comportant des démembrements): 1086
  • reality (creepypastas remettant en question la réalité) : 1049
  • dreams/sleep (creepypastas traitant du sommeil/rêve): 1037
  • monsters (sous-catégorie de Beings, incluant des monstres): 915
  •  ghosts  (sous-catégorie de Beings, incluant des fantômes): 895
  • items/objects (à propos d’objets surnaturels): 801
  • disappearances (incluant d’étranges disparitions): 756
  • diary/journal (se présentant comme un journal de bord): 649
  • demon/devil (sous-catégorie de Beings, incluant des démons): 636
  • videos (creepypastas à propos de vidéos ):  496
  •  computers_and_internet (creepypastas parlant de supports informatique/ réseau internet): 470
  • animals (comportant des animaux) : 465
  •  science (en rapport avec la science, les scientifiques…) : 431
  •  ritual (comportant des descriptions de rituels) : 417
  •  history (en rapport avec l’Histoire, comportant des bases historiques): 312
  •  nature (quand Mère Nature joue avec les nerfs de ses enfants…): 289
  •  theory (des creepypastas proposant une lecture théorico-horrifique d’éléments du réel): 274
  •  video_games (parlant de jeux vidéos ou y prenant place): 249
  • military (en rapport avec le monde militaire): 211
  • mirrors (comprenant des miroirs) : 191
  •  gods (au sujet des dieux): 162
  • lovecraftian (rappelant l’oeuvre de H.P Lovecraft): 161
  • music (en rapport avec la musique): 157
  •  poetry (sous la  forme de poésies): 147
  • television (à propos de chaînes ou émissions télévisées loin d’être tout public): 130
  •  cryptids (sous catégorie de Beings, forme de monstres issus de la cryptozoologie):  121
  • photography (s’appuyant sur la photographie): 110
  • space (« Dans l’espace, personne ne vous entendra crier… ») : 109
  •  pokemon (en rapport avec les Pokemons) : 92
  • vehicles (ayant pour sujet des véhicules): 84
  •  books (comportant des livres particuliers): 73
  • hospitals (creepypastas prenant place dans des hopitaux): 71
  • halloween (creepypastas se déroulant à Halloween): 59
  • lost_episodes (des épisodes « oubliés » de vos séries préférés): 45
  • troll_pasta (creepypastas parodiques, humoristiques) : 21
  •  zelda (ayant un rapport avec l’univers de Legend Of Zelda): 18

Amatrice de ce genre de petites fictions, j’ai moi-même été surprise par la popularité de certaines catégories et la pauvreté en nombre d’autres. Avant de réaliser cette étude, le mot Creepypasta évoquait surtout pour moi les histoires de cartouches de jeu vidéo hantées, les histoires d’épisodes « perdus », souvent souvenirs d’enfance du narrateur qui raconte avoir vu des personnages de la pop culture agir de manière effrayante lors d’un épisode désormais interdit à la diffusion. Ces catégories, pourtant, sont bien moins représentées que d’autres. On peut l’expliquer du fait que le site Wikia a verouillé ces catégories : il est impossible de rajouter des Creepypastas dans ces catégories depuis un certain temps. Est-ce par peur de la redondance? Ces histoires ont des structures relativement similaires. 

De toute évidence, les auteurs de Creepypastas sont fascinés par la santé mentale, cette catégorie étant la plus populaire entre toutes. Ce sujet est  prisé dans la littérature et le cinéma d’horreur et de fantastique. (Le Horla de Maupassant, Psychose de Hitchcock, pour ne citer qu’eux…), faisant donc partie du spectre culturel des créateurs de creepypastas. « Beings », rassemblant les monstres, les esprits, les créatures , se place deuxième, et « Places », parlant de lieux où se sont déroulés des événements mystérieux ou inquiétants, se place troisième. Nous trouvons dans cette culture de l’effroi des lieux réputés hantés, voire des annexes de l’enfer (Silent Hill, la ville des jeux vidéos éponymes, qui matérialise les pires cauchemars de ceux qui la traversent, la maison d’Amityville… )

Les Creepypastas puisent leurs inspirations dans le répertoire de l’horreur et du fantastique, mais s’influencent également entre elles, chacun étant libre d’écrire et de diffuser sa Creepypasta. Désormais, c’est au tour des Creepypastas d’inspirer d’autres médiums. En effet, on trouve un certain nombres d’adaptations de creepypastas populaires (par exemple, la reconstitution vidéo de ce qui est décrit comme étant « Candle Cove » dans la creepypasta du même nom), et l’on murmure l’apparition prochaine de l’iconique Slender Man dans les salles obscures… 


  1.   Je remercie encore le site de m’avoir autorisé à web-scraper puis réutiliser ses données []
  2. Pour information, j’ai volontairement exclu de ma propre base de donnée quelques catégories et donc histoires recensées par Wikia. Par exemple, les histoires écrites par H.P Lovecraft, qui ne sont pas des creepypastas à proprement parler bien que l’univers de cet écrivain a bien entendu influencé de nombreux auteurs de creepypastas. Il en va de même pour les histoires écrites par d’autres écrivains connus n’ayant pas écrit leurs oeuvres dans le contexte d’une publication sur Internet s’apparentant au genre de la Creeypasta. (Comme Edgar Allan Poe, Kafka…) La catégorie « Lovecraftian » demeure néanmoins , qui recense les creepypastas comportant une esthétique ou des éléments proches de l’oeuvre de Lovecraft []
  3. Le site Wikia consacré aux Creepypasta réunit une liste exhaustive des clichés en question, très intéressant à étudier pour le néophyte et très amusant à parcourir pour l’aficionado. Une version traduite en français est disponible ici []
  4. Définition d’après Wikipédia :technique d’extraction du contenu de sites Web, via un script ou un programme, dans le but de le transformer pour permettre son utilisation dans un autre contexte, par exemple le référencement []
  5. Encore une fois, en me basant sur la liste fournie par Wikia. Du fait de la grande popularité de ce type fictionnel, il serait impossible de produire une base de donnée exhaustive. []

2 réflexions sur « « Ce n’est pas une Creepypasta, ça m’est réellement arrivé ! » »

  1. Article très intéressant et enrichissant pour les néophytes et ignorants de l’existence du genre comme moi. J’ai quelques questions : est-ce que certaines creepypasta ont été publiées sous forme de roman ?
    Et est-ce des artistes plasticiens ont créé un mouvement qui pourrait s’apparenter au genre ?

    • Je te remercie pour ton commentaire!
      Je n’ai pas connaissance de creepypasta qui ait été adapté en roman, et cela me semble s’éloigner un peu du principe du genre (celui de la diffusion sur Internet) en revanche il existe des podcasts qui se proposent de les diffuser sur les ondes (Bureau des Mystères, un podcast qui se charge de raconter des légendes urbaines et de les analyser pour les « résoudre » en fait parfois la lecture). Il existe également la chaîne Youtube « Pourquoi avoir peur? », avec une très belle mise en scène: les vidéos proposent une lecture de Creepypasta avec une voix robotisée et sinistre, accompagnée d’une musique d’ambiance renforçant l’inquiétude. Ce sont de bons projets.
      Je ne connais pas de mouvement de plasticiens de ce genre, mais si l’un de mes lecteurs en a à l’esprit je serais ravi de les découvrir! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.